Labelliser la durabilité

Elsa Lomont et Florent Preguesuelo

Cofondateurs d’Ethikis

Labelliser la durabilité

face au gaspillage et à la durée de vie trop faible des produits industriels, deux toulousains ont décidé de créer un label « longue durée », le label Longtime®


31000 – Toulouse
Label Durabilité

Eclairer le consommateur

Le concept d’Ethikis a germé dans un rayon de supermarché. Tout part du constat que le consommateur manque d’informations au moment d’acheter des produits manufacturés sur leur durabilité et leur réparabilité. « On sait comment consommer plus responsable sur le bio par exemple, qui est un label très opérant. C’est n’est pas le cas sur les objets du quotidien et les objets industriels. On s’est dit qu’on allait créer le label rouge de l’électroménager ». L’idée est alors de faire valoir la durabilité des produits, face au gaspillage des achats de court-terme. « On ne part pas du principe que l’obsolescence soit programmée, mais plutôt organisée : le fabriquant ne considère pas toujours l’après-panne, l’allongement de la durée de vie du produit ». Les créateurs veulent miser sur la consommation citoyenne : « Aujourd’hui le bio est tellement plébiscité que les producteurs sont encouragés à passer à ce mode production, et ça a un effet vertueux sur toute la filière. On veut créer ce même engouement avec le label Longtime® pour les produits industriels ; telle est notre ambition ».

 

Etendre le modèle du bio au grand commerce

Ethikis est créée en tant qu’association en 2017, avant de développer son label Longtime® en tant qu’entreprise et de se transformer en SCOP en 2019. Le fonctionnement ? « On réutilise le modèle économique des labels privés : le fabricant va payer des redevances après avoir passé des contrôles indépendants et impartiaux. Le prix est fixé de manière à ce qu’il ne soit pas un frein à l’engagement dans la démarche ». Ethikis est propriétaire du label Longtime®, et fait également du conseil aux entreprises. Durant sa création, l’entreprise voit un de ses prêts bancaires garanti par France Active Occitanie, mais profite également d’un accompagnement quotidien des équipes sur le projet. « Les rendez-vous avec les chargés de missions de France Active sont toujours constructifs : ils cherchent à tester le projet, sa viabilité, nous aide à parfaire la communication, le business plan. C’est grâce à France Active Occitanie que l’on s’est posé la question du développement à moyen et long terme, cela nous a aidé à voir grand, à pousser notre ambition ».

 

S’engager sur le long terme

L’impact de l’entreprise est clair sur nos modes de consommation, et l’entreprise s’engage également sur sa gouvernance. « Dès le départ on a eu la volonté de faire une entreprise sociale. Le modèle SCOP collait aux valeurs de l’entreprise, sur l’utilisation des richesses, sur la gouvernance démocratique, ce qui a fini par nous donner l’agrément Esus ». Ethikis souhaite maintenant capitaliser sur la pertinence de son modèle pour se développer en France, en Europe, et plus. « On sent qu’on est dans le vrai, on en a le témoignage chaque jour. C’est un outil qui est attendu par les consommateurs mais également par les fabricants, on est très contents d’avoir mené à bout ce travail. Il faut maintenant essaimer en Europe, que notre solution soit présente directement sur les lieux de vente, qu’on mobilise des fabricants ». Une économie durable passera forcément par des objets du quotidien durables !


Site internet

Ont bénéficié

d’une garantie de

16 250 €

Ont été accompagné par

France Active MPA-Occitanie

Et soutenu par

France Active Investissement

En 2019

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

Inclusion et entrepreneuriat : même combat

Mathieu Poupon

Créateur de GreenBuro

Inclusion et entrepreneuriat : même combat

Donner les moyens à tous de s’en sortir grâce à des bonnes conditions de travail, cela a un impact direct sur la compétitivité. Ce n’est pas une charge mais un investissement.


31000 – Toulouse
Tri et collecte sur mesure

En 2007, quand Mathieu Poupon crée Green Buro à Toulouse, sa motivation est claire : « Après dix ans dans une régie de quartier, j’étais persuadé qu’on pouvait faire de l’insertion d’une autre manière. » Cette approche différente passe tout d’abord par la création d’une SCOP, porteuse d’une nouvelle forme de gouvernance, plus participative, jusque-là peu utilisée dans les entreprises d’insertion

 

Reste à trouver le support d’activité : « Nous avions deux contraintes. La première étant d’assurer la rentabilité. L’autre : sortir des cadres traditionnels de l’insertion, pour proposer de nouvelles voies d’emploi pour les publics en difficulté. » C’est ainsi que Mathieu Poupon se lance dans la collecte et le recyclage de déchets de bureau. Aujourd’hui, Green Buro, qui compte 26 salariés, est en capacité de répondre à des demandes sur l’ensemble de la région Occitanie. Une réussite qui ne saurait faire oublier sa vocation première : « Notre objectif est bien sûr de nous développer économiquement. C’est la base pour créer des emplois locaux. Mais pas à n’importe quel prix. Grâce à notre statut de SCOP, nous recherchons toujours avec tous les associés le juste équilibre entre résultats financiers et qualité des conditions de travail. ».

 

Privilégier le qualitatif au quantitatif, tel est le leitmotiv de Green Buro. Avec une particularité : sur les 26 collaborateurs, 13 sont en CDI et 13 sont en CDD d’insertion. « Ce ratio nous permet de construire un vrai accompagnement individualisé. C’est aussi grâce au temps passé auprès de chacun que nous permettons à d’anciens salariés de devenir ensuite encadrants, puis associés », explique Mathieu. Sur cette base, depuis 2008, 80 personnes se sont réinsérées professionnellement grâce à Green Buro, et plus de 55 sont parties avec un emploi durable. Autre ingrédient clé : donner concrètement les moyens de s’en sortir. « Cela passe notamment par un salaire minimal de 1600 euros nets sur 13 mois et une participation. Car sinon comment trouver un logement, sortir de logiques de désendettement, passer le permis, etc. ? » Pour Mathieu, c’est d’ailleurs là que réside la plus belle réussite de Green Buro : l’entreprise allie engagements sociaux forts et solide santé économique. « Nous avons des équipes motivées, qui travaillent sérieusement. Ce qui a un impact direct sur notre compétitivité. Offrir de bonnes conditions de travail, ce n’est pas une charge mais un investissement. ».

 

Green Buro a toujours pu compter sur le soutien de France Active. « Dès le départ, ils nous ont accompagnés avec un prêt et une garantie bancaire. Cela a ensuite créé un effet domino avec d’autres partenaires financiers. Et comme je n’avais aucune expérience entrepreneuriale, ils m’ont donné confiance et m’ont fait monter en compétences. Un peu sur le modèle de l’insertion ! », se rappelle Mathieu. C’est pourquoi, quand il a fallu acquérir deux camions en 2011 ou acheter un local l’année dernière, son premier réflexe a été de faire appel à France Active Occitanie. « Non pas pour demander un nouveau prêt mais pour leurs conseils. D’autant que leur capacité à créer un réseau local est une vraie richesse. »

 

Aujourd’hui, une page se tourne : à la prochaine assemblée générale, Mathieu passera la main. « Je ne suis pas inquiet car Green Buro, c’est avant tout une équipe. C’est ça aussi la beauté d’une SCOP. Il reste encore plein de défis à relever : nous féminiser davantage, consolider notre modèle, créer de petites antennes régionales pour créer de nouveaux emplois locaux… Notre collectif est prêt à les relever. Et aussi à en imaginer de nouveaux ! »


Site internet

Ont bénéficié

d’une garantie de

17 000 €

d’investissements de

168 000 €

Ont été accompagné par

France Active MPA-Occitanie

Et soutenus par

France Active Investissement

En 2018

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

Hoope, pour un réveil plein de peps

Alexis Lesly-Veillard et Christophe Sovran

Co-fondateurs de Hoope

Hoope, pour un réveil plein de peps

Création d’une entreprise de produits alimentaires à fortes valeurs nutritionnelles à Toulouse.


31200 – Toulouse
Produits alimentaires pour le petit-déjeuner

La genèse : un projet étudiant

Alexis Lesly-Veillard et Christophe Sovran étaient tous les deux étudiants de l’Ecole d’Ingénieurs en agroalimentaire de Purpan quand l’idée de créer Hoope a commencé à germer dans leurs esprits. Parmi 23 projets en compétition dans le cadre du concours d’innovation alimentaire Ecotrophelia de 2016, ils présentent un concept de snacking/petit déjeuner autour de tartinades de spiruline. Puis chacun décide de parfaire leurs études, Christophe dans la recherche industrielle des produits alimentaires, Alexis dans le marketing. En 2017, dans le cadre de leur master 2, les deux fondateurs ont un déclic et souhaitent concrétiser leur projet étudiant. Alexis bénéficie du statut d’étudiant-entrepreneur et peut approfondir différentes étapes-clé du projet à travers son stage de fin d’études : étude de marché, contact de fournisseurs potentiels, analyse de la viabilité économique… Lauréats du concours « Lance-toi et crée ton truc » organisé par Carrefour autour de la qualité alimentaire, le magasin Carrefour de Portet-sur-Garonne leur offre un emplacement test au rayon bio… l’aventure commence !

 

Un concentré de vitamines et minéraux pour un maximum de goûts

Les deux jeunes toulousains lancent en 2018 la marque Hoope. Leur but ? Faire du petit-déjeuner un moment gourmand, sain et 100% naturel pour bien démarrer sa journée. Pour cela, ils ont souhaité améliorer l’alimentation quotidienne sans pour autant toucher aux habitudes alimentaires des plus gourmands. Ils ont donc choisi la carte des superaliments, c’est-à-dire des aliments plus riches que la moyenne en vitamines et minéraux. Il est donc possible d’éviter les carences nutritionnelles tout en se faisant plaisir ! Conception, développement, R&D en poche, ils lancent une gamme de pâte à tartiner chocolat bio à la spiruline. Hoope utilise uniquement des ingrédients certifiés BIO et 100% naturels, pour leur qualité gustative et nutritionnelle, sans huile de palme, sans additifs, sans gluten, sans lactose et fabrication 100% made in France. Depuis, la jeune entreprise a ajouté plusieurs mueslis croustillants à sa gamme de produits. Hoope dispose d’une boutique en ligne et d’une présence dans plus de 100 points de vente de la grande distribution, en majorité dans la région toulousaine, mais aussi autour du lac Léman et dans le sud-ouest de la France. En plus de la confiance historique tissée avec l’enseigne Carrefour, les fondateurs ont su convaincre les hypermarchés Leclerc, Intermarché mais aussi Auchan. Le nom de la marque est tout aussi dynamique que les vertus de ses produits. Hoope, c’est la contraction entre Hope : l’espoir d’une nouvelle alimentation plus équilibrée, plus nutritive et plus naturelle ; et Hoop : signifiant cercle ou cerceau, en référence à l’aspect spiralé de la spiruline.

 

Un modèle innovant qui fait de plus en plus d’adeptes

C’est en réalisant des recherches sur les aides existantes à la création d’entreprise qu’Alexis prend connaissance du programme Cap Jeunes porté par France Active. Ce dernier permet de bénéficier d’un accompagnement renforcé, d’une prime de démarrage de 2 000 € et d’un prêt bancaire garanti par France Active. Alexis entre en relation avec l’antenne toulousaine de France Active MPA-Occitanie et se fait accompagner par Hélène Gauthier, chargée de financement. Le soutien de France Active a permis à l’entreprise de bénéficier d’une garantie bancaire à hauteur de 65% sur le montant du prêt accordé par l’agence Next Innov de la Banque Populaire, dédiée aux projets innovants. « France Active a été pour nous un facilitateur dans l’obtention du prêt par l’apport d’une garantie permettant à Banque Populaire de nous accompagner sur le financement de notre premier stock, indispensable à notre développement. Je suis régulièrement en contact avec ma conseillère pour échanger sur l’évolution de Hoope. La prime a été un réel coup de pouce au démarrage ». Alexis et Christophe ont depuis sollicité d’autres réseaux pour augmenter les fonds propres de la société et bénéficier d’un mentorat avec le directeur de la marque de cacahuète Menguy’s. Depuis, Hoope a soufflé ses deux bougies et les fondateurs ont su s’entourer de compétences en marketing, commercial et R&D à travers l’embauche d’une salariée et l’appui de deux stagiaires, ainsi que d’agents commerciaux indépendants. Les pâtes à tartiner vont progressivement garnir les rayons des magasins dans de nouveaux secteurs géographiques, notamment Paris ! De nouveaux produits sont également à l’étude pour ravir encore plus les aficionados de la marque. Hoope a d’ailleurs été élu Sélection consommateurs bio 2020…une distinction qui devrait séduire encore plus de gourmets.


Site internet

Ont bénéficié

d’une garantie de

5 200 €

d’une prime de

2 000 €

Ont été accompagné par

France Active MPA-Occitanie

Et soutenu par

France Active Investissement

En 2018

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

A Montpellier, le livre pour et par tous

Sylvain Bertschy

Président de La Cavale

A Montpellier, le livre pour et par tous

La Cavale est une librairie coopérative créée en 2018 qui se veut un lieu de vie sociale ouvert à tous autour du livre.


34000 – Montpellier
Librairie coopérative

La Cavale est une librairie coopérative créée en 2018 qui se veut un lieu de vie sociale ouvert à tous autour du livre. A la suite de la fermeture d’une librairie dans le quartier des Beaux-Arts à Montpellier, l’équipe monte un projet de reprise collective afin de faire perdurer la vente de livre dans le secteur et ne pas laisser le quartier se tertiariser. Outre la vente de livres, La Cavale propose des actions de sensibilisations et des animations littéraires dans toute la ville, visant à la démocratisation de l’accès au livre et aux humanités. Une aventure humaine qui réunit 2 libraires professionnels, 300 coopérateurs et 10 000 ouvrages.

https://vimeo.com/396293168

Site internet

A bénéficié

d’une garantie de

15 000 €

de prêts solidaires de

30 000 €

A été accompagné par

France Active Airdie-Occitanie

Et soutenu par

France Active Investissement

En 2018

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

Le collectif au service de l’innovation

Dominique Olivier

Directeur général de la coopérative Les fermes de Figeac

Le collectif au service de l’innovation

Créée en 1985, l’histoire de la SICASELI, petite coopérative agricole de 8 salariés, devenue en 30 ans le 1er employeur local pourrait s’écrire comme une épopée.


46100 – Figeac
Coopérative agricole

L’histoire de la SICASELI, petite coopérative agricole de 8 salariés, devenue en 30 ans le 1er employeur local pourrait s’écrire comme une épopée. Au fil des années, la structure a multiplié ses activités pour embrasser des secteurs aussi divers que la vente de produits locaux en circuit-court, la mécanique agricole ou la production d’énergies renouvelables.

 

Aujourd’hui, la coopérative de 650 adhérents et 811 sociétaires, rebaptisée les Fermes de Figeac n’est pas seulement un acteur économique majeur du département du Lot. C’est aussi l’incarnation d’une dynamique locale où convergent initiatives économiques et innovations au bénéfice des habitants.

 

« Rien d’héroïque à cela, tempère humblement Dominique Olivier, DG de la structure depuis sa création en 1985. Nous n’avons pas le choix. Pour survivre dans ce territoire situé en zone défavorisée, il faut expérimenter et se diversifier, au service des agriculteurs, et plus largement de toute la population ». En 2015, il a fait appel à France Active pour financer un important programme R&D sur le volet énergétique de l’activité.

 

« L’entrepreneuriat engagé s’incarne dans cette logique de projet collectif au service du territoire », pour Agathe Freyche, chargée de mission financement à France Active MPA – Occitanie qui a suivi le dossier. « La démarche des Fermes de Figeac est structurante et elle crée de l’emploi tout en étant portée par des acteurs compétents aux convictions fortes », poursuit-elle.

 

De son côté, Dominique Olivier affirme : « je suis coopérateur dans l’âme parce que je suis convaincu que ce système permet de s’attaquer à des défis qu’on ne peut relever tout seul ». Parfaite illustration de cet adage, les Fermes ont porté sur leur territoire de 5 cantons du nord-est de Figeac le développement des énergies renouvelables avec la création de parcs photovoltaïque et éolien ainsi que d’une filière bois énergie. Des projets que les agriculteurs n’auraient pas pu mener seuls. « Le système coopératif a permis aux agriculteurs de s’équiper en panneaux solaires dans ce qui est devenu l’un des plus gros projets photovoltaïque collectif de France », détaille fièrement l’entrepreneur.

 

En lien avec les besoins du territoire, les Fermes de Figeac veulent poursuivre leur développement dans cette direction avec une offre d’énergies encore étoffée. « Une façon de rester fidèle à notre vocation, précise Dominique : contribuer dans la durée, avec nos territoires, à la promotion d’une agriculture plurielle, gestionnaire du vivant, à haute valeur ajoutée, innovante, ouverte aux autres et au service de tous. » Et contribuer à cette économie riche en emplois, loin de la seule course au profit, défendue par France Active…


Site internet

Ont bénéficié

d’un prêt solidaire de

430 000 €

Ont été accompagné par

France Active MPA-Occitanie

Et soutenu par

France Active Investissement

En 2015

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

Une épicerie vrac accessible

Valentin Dor et Marion Guittier

Co-créateurs de Kesako

Une épicerie vrac accessible

Chez Kesako, on trouve toute sorte de produits : que ce soit les produits frais, les féculents, les produits sanitaires, du bon pain…


34090 – Montpellier
Epicerie vrac et zéro déchet

Fraîchement arrivés sur Montpellier, Valentin et Marion, de formation supérieure dans les métiers de l’entreprise, avaient envie de se donner un nouvel élan et de répondre, à leur manière, aux défis écologiques d’une société en pleine mutation.

 

C’est aujourd’hui chose faite avec la création de leur épicerie vrac zéro déchet, nichée dans le quartier de Phillipidès sur Montpellier. KESAKO (« qu’est-ce que c’est » en patois), se veut accessible au grand public. La volonté des créateurs est de démocratiser une manière de consommer écologique et responsable : le vrac.

 

Voilà maintenant trois mois que KESAKO fait parler de lui et que sa clientèle se forme petit à petit. L’entreprise est à plus de 20% sur ses objectifs de chiffre d’affaire et les deux porteurs donnent avec plaisir leurs impressions sur le début de cette aventure : « Je ne pensais pas être entrepreneur au départ dit Valentin, mais je dois avouer que cette aventure est stimulante et enrichissante. Je me vois mal aujourd’hui reprendre au long terme un poste de salarié. ».

 

Marion, sa compagne et associée sur le projet, vante les mérites du travail à deux. « Notre collaboration c’est aussi ça : le succès de notre entreprise, cela nous permet de vivre ce challenge avec plein d’énergie. »

 

Les deux porteurs dégagent une certaine complicité et l’assurance conjointe de continuer cette aventure dans laquelle nous les avons suivis. Une chose est sûre, Valentin et Marion sont des entrepreneurs comme on les aime, leur engagement est à la hauteur des enjeux de notre société.


Site internet

Ont bénéficié

d’une garantie bancaire

d’un prêt à taux zéro

d’une prime Cap’ jeune

Ont été accompagné par

France Active Airdie-Occitanie

Et soutenu par

France Active Investissement

En 2019

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

SCOP La Fabrique du Sud – La Belle Aude

SCOP La Fabrique du Sud

Créatrice de La Belle Aude

Fabrication de crèmes glacées à Carcassonne

La Belle Auden une glace aussi bonne que notre histoire est belle


11000 – Carcassonne
Fabrication de crèmes glacées

La Société Coopérative et Participative la Fabrique du Sud composée de 19 ex-salariés de Pilpa a créé La Belle Aude en janvier 2014. Ils ont fondé cette coopérative pour recommencer à fabriquer de la glace à Carcassonne, avec une exigence : faire une glace qui sera aussi bonne que leur belle histoire. Leur ambition : transformer les produits les plus nobles en crème glacée avec passion, savoir-faire et beaucoup d’amour. Le groupe Pilpa, racheté fin 2011 par le géant britannique de la glace R&R Ice Cream a fermé peu de temps après. 19 de ses anciens salariés décident alors d’unir leurs forces pour fabriquer des glaces artisanales, élaborées “avec des produits locaux de qualité”, tout “en respectant les règles de l’économie sociale et solidaire”, se souvient Christophe Barbier, aujourd’hui président du conseil d’administration de la Scop qui déclare “La Belle Aude, une glace aussi bonne que notre histoire est belle”. L’Airdie, qui les accompagne, vient de leur octroyer un prêt FRIS de 100K€ pour qu’ils puissent se développer et produire davantage de glaces car leur marché est en forte croissance. Aujourd’hui, La Fabrique du Sud compte 24 salariés, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 775 K€ en 2014, celui-ci devrait doubler en 2015.

https://www.youtube.com/watch?v=wnlpOiG2tXU

Site internet

Ont bénéficié

d’un prêt du Fond Régional d’Investissement Solidaire de

100 000 €

d’un deuxième prêt du Fond Régional d’Investissement Solidaire de

50 000 €

d’une garantie de prêt

Ont été accompagné par

France Active Airdie-Occitanie

Et soutenu par

France Active Investissement

En 2015 et 2018

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

Réseau d’auto-stop organisé de proximité

Bénédicte Rozes

Gérante de Rezo Pouce

Réseau d’auto-stop organisé de proximité

Rezo Pouce – L’autostop au quotidien


82200 – Moissac
Mobilité durable et solidaire essentiellement en territoires ruraux

En 2012, la question de la mobilité devient un enjeu pour l’équipe municipale. Un groupe de travail mené par Alain Jean, adjoint à la Mairie de Moissac est créé. Ce collectif réunit habitants, élus et agents et considère la réhabilitation de l’auto-stop comme une réelle solution aux enjeux de mobilité en territoires ruraux. C’est alors les débuts de Rezo Pouce : un réseau d’auto-stop organisé, de proximité en France.

 

D’abord développé pour les habitants de Moissac et 8 communes environnantes, le projet fait parler de lui. Porté par une association de collectivités, il s’étend donc dans le Tard-et-Garonne et dans le nord de la Haute-Garonne jusqu’en 2015. Désormais, le Rezo nécessite une structure plus flexible pour soutenir cette croissance nationale. C’est pourquoi ils créent en 2015, avec l’appui de l’Union Régionale des SCOP d’Occitanie, une SCIC. Rezo Pouce comptait alors 157 communes, aujourd’hui, en compte 2 200 et une équipe de 12 personnes.

 

Leur objectif premier ? Apporter de la mobilité aux citoyens en développant l’auto-stop comme solution pour les trajets quotidiens. Si le but est évidemment écologique, il est aussi inclusif, les freins à la mobilité constituant un obstacle majeur à l’accès au marché du travail. Les forces de Rezo Pouce sont la mutualisation et l’amélioration permanente des outils digitaux sur lesquels ils s’appuient.

 

Aujourd’hui, le Rezo souhaite relever deux nouveaux défis : faciliter la mobilité aux seniors et diffuser Rezo Pouce comme solution de mobilité grâce notamment à une application. Pour cela, ils lancent en 2019 une offre d’animation territoriale de transition afin de modifier les comportements individuels de déplacement et d’encourager l’adoption d’une mobilité solidaire et plus respectueuse de l’environnement.

 

Et c’est pour le développement de ce service d’animation que France Active MPA-Occitanie a pu intervenir au travers d’un prêt. Nous ne pouvons leur souhaiter que de la réussite dans cette entreprise.


Site internet

Ont bénéficié

Fonds Régional d’Investissement Solidaire (MPDS)

Dispositif Local d’accompagnement (DLA)

Garantie «Impact »

Ont été accompagné par

– l’URSCOP

– TRANSDEV

– La MACIF

– France Active MPA-Occitanie

Et soutenu par

France Active Investissement

En 2014 et 2019

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories

Les nouvelles technologies, vecteurs d’activité physique et de santé

Aline Herbinet

Présidente co-fondatrice de V@si

Les nouvelles technologies, vecteurs d’activité physique et de santé

Start-up innovante. V@si s’appuie sur les nouvelles technologies pour permettre à tous de pratiquer des activités physiques adaptées (APA).


34270 – Saint Mathieu de Tréviers
Activité Physique Adaptée

En 1991, le frère d’Aline Herbinet, atteint d’un cancer, demande à sa sœur, docteur en STAPS*, de l’aider à conserver une pratique sportive pendant ses longues hospitalisations. Forte de cette expérience de vie, elle est déterminée à prouver que les enfants malades peuvent faire du sport comme les autres. Elle met alors en place en 2004 un système de visioconférence pour soutenir les programmes d’activité physique des patients, qu’ils se trouvent à l’hôpital ou à leur domicile.
En 2012, elle décide d’étendre son expertise à davantage de patients ou personnes en situation de handicap. Elle fonde alors V@Si avec deux de ses anciens étudiants, Sophie Naili et Gauthier Ruspini, pour faciliter la pratique d’activités physiques pour tous et partout.

 

Un déploiement solidifié au fil du temps

 

Durant trois ans, l’équipe teste son marché. En 2015, ils se lancent dans une première levée de fonds. France Active, à travers sa société d’investissement, entre alors au capital à hauteur de 150 000 euros, aux côtés de Bpifrance, le Crédit Coopératif et l’INCO (Comptoir de l’Innovation).
Parallèlement, France Active intègre son comité de surveillance et accompagne la SARL pour devenir une SAS avec agrément ESUS**. « Depuis, France Active nous accompagne à toutes les étapes, complète Aline Herbinet. Nous leur devons beaucoup d’avoir autant évolué. »

Tout d’abord, au niveau de l’offre qui s’est ouverte à tous les publics éloignés de l’activité physique, sédentaires et/ou inactifs, et notamment les salariés en entreprise.

Au niveau technologique également, grâce à leur plateforme de santé connectée, dont le développement final fera remonter en instantanée les données physiologiques, assurant la mise en place et le suivi d’un programme d’activité sur mesure.

Enfin, leur ambition n’a cessé de croître tant à l’échelle nationale qu’à l’international. Des formations sont notamment proposées en Amérique latine. « Notre grande force est d’être très soudés et de partager la même ambition avec les 22 membres de notre équipe qui sont (pour ceux qui ont plus d’un an ancienneté) actionnaires de la société. »

 

Changement d’échelle

 

En 2018, V@Si lance une deuxième levée de fonds pour aller plus loin dans l’innovation et dans le développement international. Ses deux investisseurs historiques, France Active et l’INCO répondent présent, ainsi que MAIF, qui lui a également confié un important contrat de sport sur ordonnance. « Avec ce changement d’échelle, nous avons l’ambition de devenir leader mondial de l’activité physique à distance favorisant le lien humain, d’ici cinq ans », conclut Aline Herbinet.

 

* Sciences et techniques des activités physiques et sportives.
** Entreprise solidaire d’utilité́ sociale


Site internet

Ont bénéficié

d’un prêt solidaire de

13 000 €

d’une prise de participation de

150 000 €

Ont été accompagné par

France Active Airdie-Occitanie

Et soutenu par

France Active Investissement

En 2015

C’est ici ?

Autres stories


[bloc_ajax params="{count:7,ess:0}"]

Découvrez toutes les stories